Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Pyrame et Thisbé.Oeuvre originale : tirage Fine Art de l'artiste Christian Broise

Pyrame et Thisbé

Pyrame et Thisbé. Tirage pigmentaire

Pyrame et Thisbé

Sorti plus tard, Pyrame voit, gravées dans la poussière, les traces

Sûres d’une bête sauvage et tout son visage blêmit;

Quand il découvre aussi le tissu maculé de sang, il s’écrie:

Une seule nuit va perdre deux amants!

De nous deux elle était la plus digne d’une longue existence:

Que mon âme est coupable! C’est moi, mon pauvre amour, qui t’ai tuée

pour t’avoir fait venir de nuit dans ces lieux effrayants

Sans y arriver le premier. Mettez ce corps en pièces, 

Déchirez cette chair malfaisante de morsures féroces, O vous tous, lions qui peuplez ces rochers!

Mais il est lâche de souhaiter la mort ; Il prend le voile de Thisbé

et l’emporte avec lui à l’ombre de l’arbre convenu ;

Ovide, les métamorphoses, livre IV, 105-117, Acte Sud, 2001, traduit du latin et annoté par Danièle Robert.

Nicolas Poussin. Pyrame et Thisbée

De la nouveauté

La nouveauté dans la peinture ne consiste pas surtout dans un sujet non encore vu, mais dans la bonne et nouvelle disposition et expression, et ainsi de commun et vieux, le sujet devient singulier et neuf.

Nicolas Poussin, Lettres et propos sur l’art, Hermann Editeur, 1989, collection savoir,  p.184

Pyrame et Thisbée

Le torrent des mots frais dans la gorge des murs
creuse une image rouge aux portées de leurs voix
du chant pur de l’instant trace la danse blanche
et leurs fronts se délient des miroirs accablants

Mais les paroles vraies aux écorces des tours
mots iconoclastes des pierres de Babel
coagulent les pleurs cicatrices des rêves
griffés de vains désirs commissures ultimes

Les racines mûrier découvrent les paupières
d’argile des amants aux jardins bafoués
inscrivent des veines bleues au sang de la fontaine

Babylone violée par des temples guerriers
Aux voiles de mûres encrées calligraphie
le roseau d’une branche un tournoiement de ciel
d’une frappe improvise en des planches de chairs
la dabké des amants un tourbillon de noces

Le torrent des mots frais dans la gorge des murs
creuse une image rouge aux portées de leurs voix
du chant pur de l’instant trace la danse blanche
et les fronts se délient des miroirs accablants

C. Broise, extrait du recueil Dé-calques. Reproduction interdite

Fermer le menu